Michel BUTOR nous a quitté le 24 août dernier


Disparition de Michel BUTOR, mort à l’âge de 89 ans. Poète inclassable, figure majeure du Nouveau roman, critique d’art et essayiste, Michel Butor a marqué les esprits avec la parution en 1957 de La Modification aux éditions de Minuit, récompensé par le prix Renaudot. 


Nous avons eu l'honneur de recevoir Michel BUTOR accompagné de Didier Grasiewicz  à la Médiathèque de Nilvange le 10 mars 2006 pour une lecture-conférence autour de l'ouvrage Guilin au Futur. Carnet de Chine et l'exposition des encres originales de l'ouvrage. 

Flasback :
L'ouvrage, coédité par le Conseil Général de la Moselle et les Editions Serge Domini propose une rencontre surprenante et inouïe entre un poème et des encres de Chine. 

D'abord, c'est Didier Grasiewicz, artiste mosellan, qui, autour de son « Carnet Itinérant », s’adresse au lecteur. Récit d’un voyage prolifique, d’une découverte de soi à travers un espace obsédant, la Chine. En 1993, il se rend à Guilin, sur la rivière Li, et y constitue un carnet de voyage à l’encre. Entre ce retour aux sources et son ancrage dans la modernité, Didier Grasiewicz, le long d’un circuit fluvial tente de « capter l’énoncé panoramique de cet environnement chargé de mémoire et de lumière », obnubilé par la recherche d’une « alliance entre l’Orient et l’Occident ».

 Ensuite, un long poème de Michel Butor, entièrement écrit pour Didier Grasiewicz, intitulé « Guilin au futur ».Vingt-trois strophes racontent une Chine onirique, entre « nacre » et « bambous », avec la même oscillation entre tradition et modernité qui avait déjà obsédé Didier Grasiewicz lors de son voyage à Guilin. 

 Le lecteur, invité au voyage, en revient fasciné et ivre de couleurs et de mots…

Extrait :

"…Un jour, je serai pris par l'orage près de l'écurie du cheval flambant
Je supplierai les immortels de m'indiquer son chemin pour m'y abriter
Je décrypterai les valses des étourneaux avant le martèlement de la grêle
En mémorisant les gravures et fresques révélées par les éclairs
Enveloppés d'une armure de verre souple je me moquerai des fouets des furies
M'accrochant à la crinière du tonnerre je galoperai sur le cimes…"

Michel Butor, GUILIN AU FUTUR. Carnet de Chine, Serge Domini Editeur (2003)