Immigration, identité et diversité : rencontre avec Caroline GILLET, Valentine GOBY et Karim MISKE






"Immigration, identité et diversité"
Vendredi 16 octobre 2015 - 20h
avec les auteurs
Caroline GILLET, Valentine GOBY et Karim MISKE
table ronde
animée par Pascal DIDIER 



Portraits 

Caroline GILLET 

Née en 1984 à Bruxelles.

Reporter, elle travaille sur des documentaires radio et multimédia, en France et à l’étranger. Après une maîtrise en histoire contemporaine à Bruxelles et un master de journalisme à Sciences Po Paris, elle commence à proposer des reportages pour France Inter et France Culture. En 2011, elle se lance avec Aurélie Charon dans la réalisation de grandes séries documentaires pour France Inter : chaque été pendant trois ans, elles dressent le portrait d’une région et ses enjeux à travers le regard de ses jeunes : d’abord la série “Alger, nouvelle génération” (primée au New York Festival), laquelle a été prolongée par un film diffusé sur TV5 Monde et un web documentaire “Un été à Alger” (prix spécial FIGRA 2013). 

L’été 2012, le duo lance la série “I like Europe” et enfin “Welcome Nouveau Monde” réalisé entre Sarajevo, Istanbul, Beyrouth et Jérusalem. Caroline continue ensuite “I like Europe” sur un court format pendant deux ans et crée avec Amélie Fontaine des vidéos pour accompagner le projet. En juillet/août 2014, elle produit une émission quotidienne en direct, “Tea Time Club”. Il s’agit là de faire dialoguer des personnes dans le monde entier via Skype, autour de questions sociétales.

En septembre 2014, toujours pour France Inter, elle se lance dans la série documentaire “À ton âge” qui propose des portraits de personnes toutes les semaines plus âgées.


À partir d’une dizaine de témoignages de jeunes Européens diffusés sur France Inter en 2014, Caroline Gillet et Amélie Fontaine dressent un portrait illustré, vivant et émouvant de l’Europe, loin de l’image bureaucratique de l’Union européenne. Au-delà des problèmes de la vie quotidienne, ces témoins abordent des questions qui, du sud au nord de l’Europe, touchent la plupart d’entre nous : le féminisme, l’amour, la sexualité, la politique… À la manière d’un roman graphique, les illustrations viennent enrichir le propos avec sagacité.


Valentine GOBY

Née à Grasse en 1974, Valentine Goby y a passé toute son enfance et est amoureuse de cette région.

Après des études à Sciences-Po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoi et à Manille. Enseignante, elle a aussi fondé l'Écrit du Coeur, collectif d'écrivains soutenant des actions de solidarité.

Lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002 et a reçu le prix 
Méditerranée des Jeunes, le prix du Premier Roman de l'université d'Artois, le prix Palissy et le prix René-Fallet en 2003 pour son roman La note sensible. En 2014, a décroché le prix des libraires pour son roman Kinderzimmer (Actes Sud), roman qui évoque un fait méconnu de la Seconde Guerre mondiale: l'existence d'une pouponnière au sein de camp de concentration de Ravensbrück à travers le destin d'une déportée enceinte.
Lancés par les éditions Autrement jeunesse en coopération avec la Cité nationale de l’histoire de l’immigration la collection “Français d’ailleurs”, les docu-fictions consacrent  chaque titre à un parcours migratoire spécifique, et à une époque en particulier. À chaque fois, le héros et narrateur a entre 11 et 14 ans, âge supposé du lecteur. Un cahier documentaire, rédigé par un historien spécialiste apporte des précisions historiques.
Valentine Goby, l’auteure, qui est la même pour l’ensemble des ouvrages, a le don de se glisser dans la peau d’un jeune et de lui donner voix. C’est bien Adama, ce garçon noir vivant dans une cité de la banlieue parisienne, qui nous parle, et s’interroge sur le sort des immigrés dans la France des années 1980 (Adama ou la vie en 3D). De même, le journal intime de Leïla, Algérienne venue s’installer à Boulogne-Billancourt dans les années 1960, est poignant (Le Cahier de Leïla). La distance temporelle qui nous sépare de ces personnages incite le lecteur à poser un regard d’historien sur ces récits de vie, en même temps que l’identification au personnage-narrateur va de soi. Le jeune lecteur pourra ainsi découvrir le contexte historique de la guerre d’Algérie, ou des mines du Nord de la France où ont travaillé des générations de Polonais (Le Rêve de Jacek), et même le travail des immigrés italiens en zone rurale, dans le Lot-et-Garonne, avec la dernière parution (Le Secret d’Angelica).


Karim MISKE

Né en 1964 à Abidjan d’un père mauritanien et d’une mère française, Karim Miské grandit à Paris avant de partir étudier le journalisme à Dakar.
De retour en France, il réalise à partir de 1990 des films documentaires sur des sujets aussi variés que la surdité (il apprend pour cela le langage des signes), le néo-fondamentalisme juif, chrétien et musulman, et les interruptions médicales de grossesse. Ses films ont été diffusés sur Arte, France 2, Canal +, Channel four et de nombreuses chaines de télévisions à travers le monde.


Avec son premier roman Arab Jazz (Viviane Hamy), il a reçu le Grand Prix de Littérature policière 2012 ainsi que le Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points 2014. 

Récit d’un parcours atypique, d’une blessure encore vive, de souvenirs d’enfance, N’appartenir raconte une histoire universelle, nourrie des lectures d’Arendt, Sartre, Balzac, Orwell, Manchette, des musiques de Johnny Rotten, Patti Smith, Janis Joplin, Jimi Hendrix. De celles et ceux qui ont dit la réalité écorchée, dissimulée et emmurée dans l’hypocrisie et le mensonge de toutes les sociétés. 

Enlevée, cocasse, généreuse, provocatrice, à la fois réflexion politique, sociologique, philosophique, cette explosion est un miroir tendu au lecteur qui pourra s’y reconnaître, à celui qui refuse d’appartenir.

Entrée libre
Réservation conseillée

Dans le cadre de Lire en Fête ... partout en Moselle !